Verdun Agglomération Handball : site officiel du club de handball de Belleville-sur-Meuse - clubeo

CDL : Paris au petit trot, Toulouse au forceps

18 mars 2018 - 13:53

 France & Coupe LNH

La finale de la Coupe de la Ligue opposera Paris à Toulouse ! Si Paris a fait le travail tranquillement face à Dunkerque, pour Toulouse, tout a été beaucoup plus compliqué pour sortir la surprise de ce Final Four, Istres.

Paris en gestionnaire
Pas de détail pour le Paris SG dans la première demi-finale de la Coupe de la Ligue. Dunkerque n’aura tenu un peu en respect l’armada parisienne que pendant 15 minutes avant de voir le PSG s’envoler avec un Thierry Omeyer toujours aussi décisif dans les matches couperets. Même si la fin de match se sera jouée en mode « détente », Paris atteint tranquillement la finale et est en lice pour conserver sa Coupe de la Ligue gagnée la saison dernière.

Une chose est sure, Dunkerque va avoir du mal à revenir à Metz… Comme face à Montpellier en 2008, l’USDK a pris le bouillon dans les Arènes et même si la fin de match a un peu calmé la douloureuse, les 50 premières minutes ont été un peu impitoyables. En bref, après l’ouverture du score de Baptiste Butto sur 7 mètres et un rapproché très rapide à 5-6 à la 11°, Dunkerque a vécu un petit calvaire offensif, passant de longues minutes à ne plus trouver la faille dans la défense parisienne où à buter sur un Thierry Omeyer qui n’aura pas mis longtemps à prendre la mesure des tireurs Nordistes. Une attaque à la peine et en plus une défense qui ne trouvait pas vraiment la bonne alchimie pour contrer le jeu en puissance de Paris avec en plus une faillite un peu totale de la paire de gardiens Grams – Annotel. Alors, Paris en a profité et largement… La fratrie Karabatic en tête, avec un Luka impeccable et intenable en pivot et un Nikola Trop puissant et trop précis pour pouvoir être contré. Alors l’écart a commencé à grandir… +4 +5 +6 avant que Dunkerque ne refasse un peu surface sur la fin de première période, mais ce n’était que reculer pour mieux sauter… à la corde…

psg-usdk_annotel.jpg

L’entame de seconde période va sonner le glas de tous les espoirs de retour pour Dunkerque. Incapables de tromper un Omeyer monstrueux à cet instant du match, l’addition va trop vite passer les -10 rédhibitoires et définitifs. La fin du match va même se faire à fleurets mouchetés. La double stricte décidée par Patrick Cazal va avoir quelques effets, Paris se prenant un peu les pieds dans le tapis de leurs initiatives individuelles un peu désordonnées. Mais cela permettra aussi au PSG de lancer tout son monde dans la bataille, même Henrik Mollgaard va s’offrir le luxe d’un passage en attaque pendant les 10 dernières minutes. Pierre Soudry va apporter toute sa vivacité et son engagement, mais tout cela ne se faisait que pour plier les 60 minutes sans trop de bobos et pour un retour express de l’USDK vers son Nord natal, tandis que Paris va pouvoir tranquillement se préparer à sa finale de demain.

psg-usdk_omeyer.jpg

A Metz, Les Arènes
Demi-finale de la Coupe de la Ligue
Le samedi 17 mars à 15h30
Paris SG - US Dunkerque : 33 - 26 (Mi-temps : 17-11)

4 000 spectateurs
Arbitres : MM Olivier Buy et Sébastien Duclos

Evolution du score : 3-1 5°, 6-4 10°, 10-6 15°, 13-7 20°, 15-10 25°, 17-11 MT - 21-12 35°, 24-14 40°, 26-16 45°, 29-19 50°, 31-23 55°, 33-26 FT.

psg-usdk_rahim.jpg

istres-toulouse_bonilauri.jpg

Toulouse au bout du suspens
Toulouse a dû sortir tout ce qu’il avait en magasin pour éliminer l’invité surprise de ce dernier carré, l’équipe de ProLigue d’Istres. Ente un but de malin de Ferran Sole dans un trou de souris et un arrêt de Yassine Idrissi sur le gong sur Mattéo Duchemin qui avait l’égalisation au bout du bras sur son aile gauche, on peut dire que la qualification du Fenix s’est faite aux forceps. Si Toulouse aura le droit d’affronter l’ogre parisien demain pour un trophée raté en 2015. Istres lui va repartir sur son aventure de ProLigue et la montée qui commence à lui tendre les bras. Mais en tout cas, une chose est sûre, les hommes de Gilles Derot ont largement prouvé qu’ils étaient à leur place dans cette demi-finale

Si Toulouse a souvent été devant au score, jamais les Istréens ne se sont laissé totalement décrocher. Pourtant entre un Yassine Idrissi qui était dans un très bon jour, un Jordan Bonilauri qui va être une énigme insoluble pour la défense provençale et un Ferran Sole virevoltant sur son aile droite, Toulouse avait les armes pour prendre le match à sn compte. Surtout qu’en face, l’artilleur N°1 d’Istres, Nicolas Boschi, connaissait de gros ratés et que l’absence de gaucher à droite plombait quand même pas mal l’équilibre de jeu des Maritimes. Mais les hommes de Gilles Derot allaient arriver à faire beaucoup avec peu. Mais surtout profitaient parfaitement des largesses défensives du bloc toulousain. A ce petit jeu, Branko Kankaras se jouait quasiment à tout coup de la défense centrale du Fenix et Guillaume Crépain arrivait parfaitement à trouver des espaces dans lesquels se faufiler. On doutait un petit moment quand Toulouse arrivait à prendre 3 buts d’avance, mais la fin de première période remettait tout le monde dans le droit chemin avec un petit débours d’une unité à la pause.

Ce petit but, Istres va avoir les pires difficultés à le combler. Toulouse mettait suffisamment d’intensité en attaque pour combler ses largesses défensives, et quand les Maritimes avaient une fenêtre de tir pour revenir à égalité ou même passer devant à plusieurs occasions, c’était pour souvent bêtement perdre la balle, comme Robin Capelle qui après un arrêt de grande classe envoyait directement la balle dans les mains de Nemanja Ilic qui ne se faisait surtout pas prier pour redonner 1 but d’avance à ses couleurs. On se disait qu’Istres avait laissé passer trop d’occasion. Mais Robin Capelle se mettait en fusion, répondant parfaitement au match plus que solide de Yassine Idrissi et Nicolas Boschi retrouvait toute son efficacité. Suffisant pour revenir totalement dans le match dans les derniers instants. Malheureusement pour eux, Ferran Sole se glissait dans un trou de souris et le tout jeune Mattéo Duchemin perdait le duel à ne pas perdre pour envoyer tout ce beau en prolongation. Istres avait perdu les armes à la main et on se dit que peut-être arriver en finale aurait été le travail de trop. Après leur victoire mercredi à Nancy, la débauche d’énergie faite dans cette demi-finale, jouer Paris demain aurait pu ressembler à un massacre annoncé. Toulouse devra quand même hausser son niveau de jeu demain s’il veut rivaliser avec les PSG. La frayeur qu’ils ont eu dans ce match les aidera peut-être…

A Metz, Les Arènes
Demi-finale de la Coupe de la Ligue
Le samedi 17 mars à 18h00
Istres IOPHB - Fenix Toulouse : 30 - 31 (Mi-temps : 15-17)

4 000 spectateurs
Arbitres : MM Thierry Dentz et Denis Reibel

Evolution du score : 5-5 5°, 7-7 10°, 8-9 15°, 9-12 20°, 13-14 25°, 15-17 MT - 17-19 35°, 20-23 40°, 23-25 45°, 26-27 50°, 28-29 55°, 30-31

 

istres-toulouse_kankaras.jpg

© François Dasriaux - Handzone

 

 

Commentaires

REJOIGNEZ-NOUS !