Championnat du monde 2015

Dimanche 1er février 2015

Un champion du monde 5 étoiles

Les Experts ont remporté cet après-midi à Doha le Championnat du monde 2015 en battant en finale le Qatar par 25-22. Le capitaine Jérôme FERNANDEZ a soulevé avec ses coéquipiers le trophée convoité depuis 2 semaines par 24 équipes. Invaincus sur le tournoi, les hommes de Claude ONESTA n'ont jamais vraiment tremblé : ils décrochent l'or au terme d'un parcours maîtrisé. Avec ce 5e titre mondial, l'équipe de France devient ainsi l'équipe de handball la plus titrée de l'histoire de la discipline et du sport collectif français. Une collection de titres mondiaux entamée en 1995 avec les Barjots qui ont alors ouvert la voie vers une domination presque sans partage en tout juste 20 ans (2 titres olympiques, 3 titres européens, 5 titres mondiaux).


L'équipe de de France est favorite de la finale du 24e championnat du monde. Elle possède le palmarès, l'expérience et le talent indispensables pour s'imposer à ce niveau. En revanche, pour le Qatar, c'est la grande inconnue avec une ascension impensable il y a encore 2 semaines après sa victoire inaugurale face au Brésil (28-23).

Clamée haut et fort depuis plusieurs mois par les acteurs du handball tricolore, la conquête d'une 5e étoile obnubile Claude ONESTA et ses hommes. Elle serait une formidable récompense à plusieurs titres : pour les Experts bien sûr qui constituent la plus efficace des armadas planétaires, pour la préparation des prochains Jeux olympiques qu'ils pourraient déjà cocher sur leur agenda, pour fêter avec plus de force le 1e titre mondial, par les Barjots en 1995, et pour satisfaire la planète handball dont le coeur bat cet après-midi pour les Experts.

Le résumé du match : Claude ONESTA débute la partie avec Thierry OMEYER, Valentin PORTE, Cédric SORHAINDO, Luka KARABATIC (+ Daniel NARCISSE), Nikola KARABATIC, Michael GUIGOU et la surprise Kévynn NYOKAS. Le coup d'envoi est donné par les Experts dans une salle bouillante ! Après 1'30, le premier tir est déclenché par Kévynn NYOKAS : il est repoussé par la barre de Danijel SARIC. Ouverture du score par Youssef BENALI. Engagement rapide et faute sur Cédric SORHAINDO. Goran STOJANOVIC stoppe la tentative de Guillaume JOLI qui a inscrit 25 jet de sept mètres depuis le début de la compétition. Après 3'30, Kévynn NYOKAS, sur une passe de Nikola KARABATIC, est le premier buteur français de la finale. Faute sur Kévynn NYOKAS et cette fois le jet de set mètres est transformé par Michael GUIGOU face à Goran STOJANOVIC. Tir contré par la défense tricolore : les Experts mènent 2-1 après 6 minutes et bientôt 3-1 avec Nikola KARABATIC. Rafael CAPOTE trompe Thierry OMEYER mais Nikola KARABATIC redonne aussitôt deux buts d'avance aux siens (4-2, 8e). Jet de sept mètres transformé par Zarko MARKOVIC (4-3, 8). L'arrière inscrit ainsi son 61e but depuis le début de la compétition. Valentin PORTE voit son tir depuis l'aile droite repoussé par Danijel SARIC. Zarko MARKOVIC tire à côté de la cage défendue : les Bleus ne marquent pas mais Hassan MABROUK est sanctionné de 2 minutes pour une faute sur Nikola KARABATIC. 3e arrêt de Thierry OMEYER et de l'autre côté Daniel NARCISSE marque son premier but dans cette finale : 5-3 (11e). Les Tricolores ne profitent pas de leur supériorité numérique et c'est Eldar MIMISEVIC qui part en contre-attaque pour réduire le score : 5-4 (12e). Le défenseur central du Qatar, le très solide Hassan MABROUK, écope déjà d'une deuxième exclusion pour une faute encore sur Nikola KARABATIC. Nouvelle supériorité numérique des Experts et c'est Kévynn NYOKAS qui dynamite la défense qatarinne, 6-4 (13e). Kamalaldin MALLASH inscrit le 5e but d'un tir des 7 mètres. L'équipe de France reprend deux buts d'avance avec le meilleur buteur de l'équipe de France à Doha : 3e but de Michael GUIGOU (15e, 8-5). Danijel NARCISSE chipe le ballon des mains de Zarko MARKOVIC. Rafael CAPOTE commet une faute sur le Réunionnais. Il est exclu 2'. Nouvelle perte de balle des "locaux" : Nikola KARABATIC s'en va battre de près Danijel SARIC. Avantage aux Experts par +4 (9-5, 17e) et Valero RIVERA pose le 1e temps mort de la partie. L'entraîneur espagnol possède l'expérience d'une finale : il a été sacré champion du monde avec l'Espagne deux ans plus tôt.

Faute de Cédric SORHAINDO sur Borja VIDAL et c'est Zarko MARKOVIC qui bat Thierry OMEYER, (9-6, 18e). Daniel NARCISSE transperce la défense du pays hôte : il marque son 3e but en 18 minutes et son équipe mène 10-6 dans cette finale. Zarko MARKOVIC tire à côté du but français et sur la relance, Daniel NARCISSE voit son tir stoppé par Danijel SARIC. Youssef BENALI voit sa tentative stoppée par Thierry OMEYER qui réalise son 5e arrêt de la partie. Nouvel arrêt de l'Alsacien face à Bertrand ROINÉ (les deux hommes noté té sacrés champions du monde il y a quatre ans en Suède) Kévynn NYOKAS s'échappe pour inscrire le 11e but tricolore. Plein centre, à 9 mètres, Rafel CAPOTE bat le gardien tricolore (11-7, 21e). William ACCAMBRAY et Kentin MAHÉ ont effectué leur rentrée. Il s'agit d'une première finale mondiale pour l'ailier gauche : il y a 20 ans son père Pascal, triomphait avec les Barjots en Islande. Faute sur William ACCAMBRAY et Michael GUIGOU transforme le jet se sept mètres : 12-7 après 22 minutes. Bertrand ROINÉ tire au-dessus et Nikola KARABATIC résiste à son vis-à-vis pour inscrire le 13e but de la partie. Rafael CAPOTE envoie un tir puissant dans la cage des Experts : l'écart est de +5 après 24 minutes (13-8). Rafael CAPOTE, incertain avant cette finale, envoie un nouveau tir victorieux. Claude ONESTA et Didier DINART rassemblement leurs joueurs pour un 1e temps-mort (13-9, 25e). Faute de Nikola KARABATIC qui touche Hamad MADADI. Le meilleur joueur du monde sort pour 2 minutes : c'est la 1e exclusion française après 25 minutes de jeu. Jet de sept mètres transformé par Zarko MARKOVIC et le Qatar revient à -3 (13-10, 26e). Passe de Kévynn NYOKAS à Cédric SORHAINDO qui est contré par Danijel SARIC (6e arrêt). Borja VIDAL voit sa tentative stoppée par TITI et sur la relance, Nikola KARABATIC inscrit son 5e but dans cette finale : 14-10 pour les Experts à l'entrée du money-time de cette 1e mi-temps (28e). Tir de Kévynn NYOKAS qui voit son tir repoussé par le gardien du FC Barcelone. 14-11 pour les Experts après le 4e but de Zarko MARKOVIC. Valentin PORTE, sur une passe sublime de Kentin MAHÉ, est contrarié par Danijel SARIC (7 arrêts). Le score à la mi-temps est de 14-11 en faveur des quadruples champions du monde.

Le coup d'envoi de la 2e mi-temps est donné par le Qatar qui revient à -2 (14-12, 31z) avec le but de Kamalaldin MALLASH. Perte de balle et nouveau but du n°25 : le Qatar revient à -1 et les Experts sont à la portée de leurs adversaires après que Danijel SARIC ait détourné la tentative de Valentin PORTE en échec (0/3) depuis le début de la finale. Cédric SORHAINDO redonne deux buts d'avance à son équipe (15-13, 33e) et sur l'action suivante Thierry OMEYER détourne le tir de Zarko MARKOVIC.
Xavier BARACHET, entré en jeu dès le début de la 2e mi-temps, inscrit un but des 9 m, en position d'arrière gauche (16-13, 4e). Zarko MARKOVIC trouve la faille pour la 5e fois. Perte de balle des Qataris et Valentin PORTE conclut l'enclenchement : il inscrit son 1e but dans cette finale : (17-14, 36e). Rafael CAPOTE maintient son équipe à -2 après qu'il ait trompé Thierry OMEYER pour la 4e fois (17-15, 37e). Valentin PORTE trouve l'ouverture pour marquer le 18e but des champions d'Europe : 18-15 (39e). Hamad MADADI bat le gardien de près. Valentin PORTE est mis en échec par SARIC et les Qataris reviennent à -1 (40e) après le de 6e but de Zarko MARKOVIC. Cédric SORHAINDO écope de 2' : les Bleus sont en infériorité numérique avec un petit but d'avance. Xavier BARACHET s'élance, s'envole et marque pour la 2e fois : les Bleus reprennent un peu d'air, 19-17 (42e). Zarko MARKOVIC tire au-dessus et c'est ensuite Youssef BENALI qui ramène sa formation à -1 (19-18). Jérôme FERNANDEZ se prépare à entrer : il était déjà de la finale de 2001 à Bercy. Xavier BARACHET se faufile et frappe depuis le côté gauche : le joueur de Paris redonne un +2 (20-18). Perte de balle des Qataris et la montée de balle rapide arrive jusqu'à Michael GUIGOU dont la tentative est arrêtée par Danijel SARIC. Il se blesse sur le repli défensif. Période compliquée pour les Experts qui encaissent un but de Borja VIDAL (20-19, 45e). Échec au tir de Kentin MAHÉ, arrêt de Thierry OMEYER et c'est le capitaine des Bleus qui offrent à nouveau +2 (21-19, 48e). Luka KARABATIC souffre d'une contusion au tibia : le joueur d'Aix semble souffrir. Après un soin prodigué par le Dr. Pierre SÉBASTIEN, le défenseur ne paraît pas en mesure de rentrer à nouveau. Perte de balle qatarine et contre-attaque conclue par Valentin PORTE buteur pour la 3e fois. Avantage de trois buts pour les Experts (22-19, 51e). Valero RIVERA appelle ses troupes pour un temps-mort. Zarko MARKOVIC inscrit son 7e but de la soirée : avec 67 buts, il est le principal artificier de son équipe (22-20, 52e). Valentin PORTE réalise une 2e partie de match de haut vol : le Toulousain donne un avantage de +3 à son équipe (23-20, 52e) mais Borja VIDAL s'extirpe des mains de Cédric SORHAINDO pour battre de près Thierry OMEYER. Tir contré de Bertrand ROINÉ et Kentin MAHÉ file en contre-attaque : 24-11 (54e). "Qui ne saute pas n'est pas Français" scande les supporters français… Ceux qui ne sautent pas sont plus de 10 000 à pousser derrière les locaux !

Temps mort pris par Claude ONESTA à 5 minutes du terme de cette finale. Son équipe possède trois buts d'avance et doit fournir encore des efforts pour décrocher une 5e étoile. Victorieux de la Pologne en quarts et de la Pologne en demies, l'équipe du Qatar pousse l'équipe de France dans ses retranchements. Xavier BARACHET est mis cette fois en échec par ce diable de Danijel SARIC. Rafael CAPOTE se démarque et relance sa formation à quatre minutes du coup de sifflet final (24-22, 56e). Xavier BARACHET voit une nouvelle tentative heurter le poteau : cette fin de match est terriblement crispante. Abdulla AL-KARBI s'envole depuis l'aile droite mais lui aussi voit son tir repoussé par le poteau de Thierry OMEYER. Daniel NARCISSE, en position de pivot, marque pour la 4e fois à moins de 3 minutes du coup de sifflet final. Les Experts mènent 25-22. Superbe arrêt de TITI OMEYER qui repousse la tentative de Abdulla AL-KARBI. Il reste 1m30 et les Experts sont tout près de décrocher cette 5e étoile. Les Français se congratulent sur le banc mais Claude ONESTA les ramène à la raison. Il reste 50 secondes. Contre-attaque des Qataris et Valentin PORTE s'arrache pour l'annihiler. 25-22 score final !

Les Bleus sont champions du monde pour la 5e fois (un record) et sont aussi qualifiés pour les J.O. de Rio de Janeiro. Champions d'Europe et désormais champions du monde en titre, ils n'ont pas fini de nous faire rêver.

Place aux podiums puis à Kelly Minogue qui donnera un caractère glamour à la cérémonie de clôture du Mondial 2015. Sûr qu'il y a 20 ans, les Barjots lui auraient fait une place en or sur le podium de Reykjavik.

DÉCLARATIONS :
Claude ONESTA (entraîneur) : Il y a quelques années j’étais content d’avoir gagné une médaille car je sentais que c’était compliqué. Aujourd’hui ce n’est pas une de plus. Chaque fois c’est une aventure nouvelle, une construction. À chaque fois il y a des doutes et à chaque fois j’ai l’impression que l’on trouve de  l’énergie pour valider des solutions. Notre équipe s’est habituée à gagner des matches difficiles, pas forcément avec brio, mais avec courage, avec obstination et avec solidarité.

Jérôme FERNANDEZ (capitaine) : Cette finale était assez maîtrisée. On a fait preuve de maîtrise et d’expérience malgré des conditions contre nous. Avec Thierry (OMEYER) c’est notre 4e titre mondial, c’est fabuleux. Et gagner avec Kentin dont le papa était l’une de mes idoles en 1995, alors que je n’étais pas encore joueur professionnel, c’est un beau passage de relais.
C’est très probable que ce soit ma dernière compétition. Il y a suffisamment de talents dans cette équipe pour préparer les J.O. avec sérénité. Je suis de moins en moins utilisé et cela sert à rien de s’acharner.

Valentin PORTE : C’est mon premier titre mondial, j’espère rattraper les quatre de Titi [Omeyer] mais il reste du boulot ! Après l’or européen, je peux dire que toutes les premières fois sont belles. D’autant plus que nous avons tremblé. En première mi-temps on gérait  bien mais on s’est mis en danger. Heureusement, l’expérience paie à la fin.
 
Guillaume JOLI : La joie est le premier mot qui me vient. Nous sommes récompensés d’un gros mois de travail. On entre dans l’histoire mais on ne s’en rend pas compte. En revanche, on est conscient de vivre un moment magique. Le retour au vestiaire a été sympa, on s’est lâché un peu.
 
Xavier BARACHET : Nous sommes réunis depuis le 26 décembre, c’est éprouvant physiquement et mentalement mais on n’y pense plus après un tel dénouement. J’ai presque envie que l’on reparte tout de suite pour un autre mois ensemble [rires].
 
Cédric SORHAINDO : Nous avons bien fait les choses, avec régularité et détermination. Nous avons maintenant cinq titres de champion du monde, l’histoire continue mais il faut se rendre compte des sacrifices, des doutes, des coups reçus pendant toute la compétition. Notre force, c’est que l’on regarde toujours vers l’avant.
 
Thierry OMEYER : Être champion du monde ce n’est pas tous les jours donc on prend le temps d’apprécier ce grand moment qui a demandé un long travail. A chaque match compliqué, l’équipe a été capable de se remobiliser. Elle est montée en puissance lors des matches décisifs. Je suis aussi très heureux de la perspective d’aller aux Jeux Olympiques à Rio.

Nikola KARABATIC : on a abordé ces Mondiaux comme favoris et on a encore répondu présents. Il y avait beaucoup de pression. Cela rend les compétitions encore plus difficiles. Cela montre notre force et notre niveau.

STATISTIQUES :
France :
Omeyer (15 arrêts) - N. Karabatic (5/7) - Narcisse (4/7) et Porte (4/8) - Barachet (3/6), Nyokas (3/5) et Guigou (3/5) -  Fernandez (1/2), Mahé (1/2) et Sorhaindo (1/3) - Joli (0/1 pen)
Qatar : Saric (15 arrêts) et Stojanovic (1 arrêt) - Markovic (7/16) - Capote (6/7) Vidal (3/3) et Mallash (3/4) - Memisevic (1/3), Madadi (1/1) et Benali (1/2) - Hassab Allaa (0/1) et Roiné (0/3)

LA SÉLECTION :
Gardiens
: Cyril DUMOULIN (Fénix Toulouse HB) – Thierry OMEYER (Paris SG HB) / Ailiers gauches : Samuel HONRUBIA (Paris SG HB) – Michael GUIGOU (Montpellier AHB) / Arrières gauches : Jérôme FERNANDEZ  (Fénix Toulouse HB) – Mathieu GRÉBILLE (Montpellier AHB) – William ACCAMBRAY (Paris SG HB) / Pivots : Igor ANIC (HBC Nantes) – Cédric SORHAINDO (FC Barcelone) – Luka KARABATIC (Pays d’Aix UCHB) / Demi-centres : Daniel NARCISSE (Paris SG HB) – Nikola KARABATIC (FC Barcelone) – Kentin MAHÉ  (HSV Hambourg) / Ailiers droits : Guillaume JOLI (HSG Wetzlar) – Valentin PORTE (Fénix Toulouse HB / Arrières droits : Kévynn NYOKAS (Göppingen) – Xavier BARACHET (Paris SG HB)

LE STAFF :
Claude ONESTA (entraîneur) – Didier DINART (entraîneur adjoint) – Alain QUINTALLET (préparateur physique) – Michel BARBOT (manager général) – Vincent  GRIVEAU (responsable vidéo) – Pierre  SÉBASTIEN (médecin) – Patrick KERSTEN et Jean-Christophe MABIRE (kinésithérapeutes) - Jacky BETTENFELD (Chef de délégation) - Pauline LAMBERTINI (Attachée de presse).

LE PARCOURS DE L'ÉQUIPE DE FRANCE :
Tour Préliminaire - 16 janvier : France – République tchèque : 30-27 (16-9)
Tour Préliminaire - 18 janvier : Égypte – France 24-28 (10-14)
Tour Préliminaire - 20 janvier : France – Islande : 26-26 (12-14)
Tour Préliminaire - 22 janvier : Algérie – France : 26-32 (12-19)
Tour Préliminaire - 24 janvier : France – Suède : 27-25 (10-11)
Huitième de finale - 26 janvier : France – Argentine : 33-20 (16-6)
Quart de finale - 28 janvier : France – Slovénie : 32-23 (18-10)
Demi-finale - 30 janvier : Espagne - France : 22-26 (14-18)
Finale : Qatar - France : 22-25 (11-14)

TABLEAU FINAL :
Huitièmes de finale :                                         
CROATIE - BRÉSIL : 26-25
ÉGYPTE - ALLEMAGNE : 16-23
AUTRICHE - QATAR : 27-29
DANEMARK - ISLANDE : 30-25

SUÈDE - POLOGNE : 20-24
ESPAGNE - TUNISIE : 28-20
SLOVÉNIE - MACÉDOINE : 30-28
FRANCE - ARGENTINE : 33-20

Quarts de finale : mercredi 28 janvier
CROATIE - POLOGNE : 22-24
QATAR - ALLEMAGNE : 26-24

DANEMARK - ESPAGNE : 24-25
SLOVÉNIE - FRANCE : 32-23

Demi-finales - vendredi 30 Janvier
POLOGNE - QATAR : 29-31
ESPAGNE - FRANCE : 22-26

Dimanche 1er février :
Places 3 et 4 : POLOGNE - ESPAGNE : 29-28
Finale : QATAR - FRANCE : 22-25

REJOIGNEZ-NOUS !

 

Pensez à votre licence 2017-2018

sept.
19:00
Revigny et Ancerville
sept.
20:30
Bazancourt (51)
oct.