Verdun Agglomération Handball : site officiel du club de handball de Belleville-sur-Meuse - clubeo

histoire du handball

Histoire

La naissance du handball

affiche

Selon certains historiens, 1898 aurait vu la naissance du handball au Danemark avec l'apparition du " haandbold ", jeu qui se déroulait sur un petit terrain quasi identique à celui du "sept " d'aujourd'hui.

Les origines du jeu se retrouvent peut-être aussi dans un jeu ancien appelé " hazena ", pratiqué en Tchécoslovaquie, et dans le "Torball" (balle au but), offert comme activité sportive aux femmes allemandes.

Dans les années 1900, Casey, un Irlandais introduisit un jeu semblable au handball aux USA. L'engouement est tel qu'en 1919, une compétition aurait vu le jour à Los Angeles.

La même année, un professeur de l'Ecole Normale Germanique d'Education Physique de Leipzig, Carl Schellenz, propose une adaptation pour les hommes du Torball, et crée le handball à onze. Les fédération allemandes d'athlétisme et de gymnastique l'adoptent dès 1920 comme sport complémentaire.

En 1926, à la Haye, le congrès de la Fédération Internationale d'Athlétisme Amateur nomme une commission chargée d'établir un règlement international pour la pratique du " jeux à la main " qui deviendra le Handball.

En 1928, le handball (joué en plein air par équipes de onze) apparaît comme sport de démonstration aux J.O. d'Amsterdam au cours desquels se crée la Fédération Internationale de Handball Amateur (F.I.H.A).

En 1936, 23 pays sont affiliés à la F.I.H.A.. Le handball entre au programme des Jeux Olympiques de Berlin. Six nations participent : Allemagne, Autriche, Suisse, Hongrie, Roumanie, USA.

Deux ans plus tard, l'Allemagne organise les premiers Championnats du Monde à Onze et à Sept. Elle remporte les deux titres.

Après la seconde guerre mondiale, le handball disparaît du programme des Jeux.
En juillet 1946, huit fédérations nationales dont la France, fondent à Copenhague l'actuelle Fédération Internationale de Handball (I.H.F.).


En 1954, le sept apparaît en compétition officielle (Mondial en Suède). Plus technique, plus rapide, plus spectaculaire, il mettra à peine dix ans pour détrôner le onze. Ce dernier disparaît définitivement de la scène internationale en 1966.

En 1972, à Munich, le sept est inscrit au programme des Jeux Olympiques pour les hommes puis, pour les femmes aux Jeux de Montréal en 1976.

En 1976, la Fédération Internationale comptait 68 pays et plus de 3 millions de joueurs. Vingt cinq ans plus tard, on compte 150 pays affiliés, 20 pays en cours d'affiliation, plus de 19 millions de pratiquants et 800 000 équipes.



Histoire du handball sur wikipédia

Les premières traces de jeux similaires au handball remontent à la France médiévale ainsi que chez les Inuits du Groenland à la même époque. Le jeu moderne prend ses sources au XIXe siècle, au Danemark, sous le nom de « håndbold » ou encore en Tchécoslovaquie sous le nom de « hazena » 2.

Dans les années 1900, un Irlandais du nom de Casey introduisit un jeu semblable au handball aux États-Unis. Il provoque un tel engouement qu'une compétition aurait même vu le jour en 1919 à Los Angeles.

Cependant, on considère que le handball est un sport de conception danoise. Le Danois Holger Nielsen créa les règles du handball moderne (håndbold) en 1898. En 1919, le professeur allemand Carl Schellenz, de l'École normale germanique d'éducation physique de Leipzig, propose une adaptation du Torball (sorte de « balle au but » pratiqué par les femmes allemandes)2. Il créa alors le handball à onze.

La Fédération internationale de handball voit le jour en 1928. Le jeu se pratique alors en extérieur, à 11 contre 11. Le handball est un sport de démonstration aux Jeux de Berlin en 1936. En 1938, deux championnats du monde sont organisés en Allemagne, et remportés par l'Allemagne : un championnat à onze et un autre à sept, avec quatre équipes européennes (Allemagne, Autriche, Danemark, France).

La refondation de la Fédération internationale a lieu en 1946.

Le handball est très peu pratiqué avant la Seconde Guerre mondiale en France, mais en septembre 19413 on assiste à la mise en place, avec l'aide du régime de Vichy, d'une fédération française autonome. De plus, le handball fait son entrée dans les programmes du sport scolaire. La fédération est interdite et dissoute fin 1944 au titre de l'Ordonnance d'Alger du 2 octobre 1943 (Statut des groupements sportifs et de jeunesse, Journal officiel de la République française du 7 octobre 1943). Elle ne pourra renaître, après plusieurs enquêtes administratives et financières, qu'en juillet 19524.

Dans les années 1960, le handball à onze est progressivement abandonné au profit du handball à sept. Ce sport jadis pratiqué en extérieur trouve refuge dans des gymnases. Le dernier championnat du monde à 11 a lieu en 1966. Le handball est admis au programme olympique masculin en 1972 et les femmes entrent en 1976.

Le handball fut longtemps considéré comme un sport de complément, pratiqué l'hiver au chaud dans les gymnases. Puis, rapidement, on assista à une véritable progression du handball jusqu'au niveau actuel, notamment grâce aux substrats actifs du milieu scolaire. Le handball doit donc beaucoup aux milieux scolaires et universitaires et tient aujourd'hui encore une place importante dans les programmes de l'Éducation nationale, notamment en France.

Principes du jeu

Au handball, le but du jeu est de faire entrer la balle dans le but adverse plus de fois que son adversaire. Le principe est de dribbler avec le ballon ou, faire une passe à un coéquipier. Une fois qu'il a le ballon en main, le joueur peut avancer en dribblant mais ne peut effectuer que 3 pas sans dribbler et ne peut garder le ballon plus de trois secondes s'il reste immobile.

Généralités

Une rencontre oppose deux équipes et se déroule généralement en deux mi-temps, chacune séparées par une pause à la mi-temps de 15 minutes (10 selon les anciennes règles). un temps mort d'une minute est disponible par équipe et par mi-temps, la seule contrainte à la prise d'un temps mort c'est que dans les 5 dernières minutes du match il ne peut y avoir qu'un temps mort de pris (règle du 1er janvier 2012). Chaque équipe se compose de sept joueurs sur le terrain et de remplaçants (joueurs de champ ou gardiens) généralement au nombre de cinq. Une équipe est généralement constituée d'un gardien de but et six joueurs de champ, répartis la plupart du temps en deux ailiers (droit et gauche), deux arrières (droit et gauche), un demi-centre (ou arrière-central) et un pivot. Le nombre de remplacements est illimité.

Les durées de jeu

La durée d'un match dépend de la catégorie d'âge des acteurs de la rencontre5.

  • "-16 ans" : 2x25 minutes
  • "-12 ans" : 2x20 minutes
  • autres catégories : 2x30 minutes

(avec arrêt du chronomètre sur les fautes et les sorties de balle si l'arbitre l'exige)

Les différents postes

Au handball, chaque joueur évolue à un poste singulier (les descriptions ci-dessous sont faites en regardant dans le sens de l'attaque et par rapport à la largeur de terrain).

  • Poste 1 : gardien de but, dans les buts. C'est le seul joueur qui a le droit de toucher la balle dans sa propre zone. Son rôle est d’empêcher les tirs de l'équipe adverse de rentrer dans son but. Les joueurs de son équipe n'ont pas le droit de lui faire la passe s'il est dans la zone, mais en dehors oui. Les joueurs occupant ce poste sont habituellement d'une taille approchant les 2 mètres (hauteur de la cage) et d'une souplesse importante pour pouvoir aller chercher les ballons dans les coins de la cage, que ce soit avec leurs mains ou avec leurs pieds. Notons parmi les gardiens célèbres Thierry Omeyer, Andrei Lavrov, Henning Fritz ou David Barrufet.
  • Poste 2 : ailier gauche, dans le coin gauche, le long de la ligne de touche. Ce poste est occupé par un droitier de taille moins importante que ceux occupant les postes centraux (arrières gauche et droite, pivot et demi-centre) ayant de grandes qualités d'explosivité et une grande souplesse de mouvement. Lors d'une attaque placée, ils ont pour rôle de se tenir le plus près possible de leur ligne de touche afin d'étirer la défense adverse sur la largeur. Il leur arrive aussi de glisser dans la défense adverse pour faire office de second pivot, ceci pouvant fortement désorganiser le système défensif adverse. Lorsque l’équipe adverse perd la balle durant une de ses attaques, l’ailier a pour rôle de courir le plus vite possible vers la cage adverse pour recevoir la balle de ses coéquipiers et marquer en position de contre-attaque. Des ailiers gauches célèbres sont Stefan Kretzschmar, Eduard Kokcharov, Rafael Guijosa, Michaël Guigou.
  • Poste 3 : arrière gauche, à 1/4 du terrain en partant de la gauche. Poste généralement occupé par un droitier, son rôle est de faire office de rampe de lancement des attaques de son équipe. En position d’attente de la balle, il se tient en général à plus de 15 mètres du but adverse. Il reçoit le ballon généralement lancé et plusieurs solutions peuvent se présenter à lui. Il peut transmettre la balle au coté opposé d'où elle arrive (au demi-centre si elle vient de l’ailier gauche, ou à l’ailier gauche si elle vient du demi-centre). Il peut sauter et effectuer un tir en extension pour marquer un but. Cette alternative se présente plus souvent pour des arrières de taille importante qui peuvent tirer par-dessus la défense. Il peut rentrer dans la défense pour tenter de la désorganiser afin, soit de tirer à faible distance s'il arrive à prendre l’intervalle, soit la passer au pivot si ce dernier arrive à se démarquer, soit la passer à tout autre joueur qui aurait réussit à se démarquer. Des arrières gauches célèbres: Stefan Lovgren, Daniel Narcisse, Filip Jicha, Jérôme Fernandez.
  • Poste 4 : arrière central ou demi-centre, au centre du terrain. Ce poste correspond un peu au meneur de jeu de l’équipe. Son rôle est de lancer les attaques et de les annoncer aux autres membres de l’équipe. Ce sont en général des joueurs de taille plus petite que les arrières, qui sont capables de s’introduire dans la défense adverse. À cause de la rapidité et de la souplesse nécessaire pour ces entrées, ce poste est parfois occupé par des joueurs pouvant aussi jouer à l’aile. Des demi-centres célèbres sont Jackson Richardson, Talant Dujshebaev, Ivano Balić, Nikola Karabatic ou Ljubomir Vranjes
  • Poste 5 : pivot, le long de la zone des 6 mètres, circulant essentiellement au centre. Situé au cœur de la défense adverse, il sert à fixer les défenseurs adverses, soit en restant bien en face des buts, soit en se déplaçant le long de la ligne de zone vers la droite ou vers la gauche. Lorsqu’un de ses arrières tente de s’introduire dans la défense adverse, il effectue des blocs, c’est-à-dire qu’il fait opposition de son corps pour faire écran entre le joueur de son équipe et son défenseur. Parmi les pivots célèbres, Magnus Wislander, Bertrand Gille ou Dragan Skrbic.
  • Poste 7 : ailier droit, dans le coin droit, le long de la ligne de touche. Ce poste a des caractéristiques en tout point identiques à celles d'ailier gauche, mis à part qu'il est soit occupé par un gaucher, soit par un droitier ayant les capacités de tirer de manière désaxée en passant son bras droit par dessus son épaule gauche. Parmi les ailiers droits célèbres, Mirza Dzomba, Luc Abalo, Hans Lindberg.

Le terrain

Terrain-handball.jpg

L'aire de jeu

L'aire de jeu est un rectangle de longueur de 40 mètres et de largeur 20 mètres comprenant une surface de jeu et deux surfaces de but. Les grands côtés sont appelés lignes de touche ; les petits, lignes de but (entre les montants) ou lignes de sortie de but .

Une zone de sécurité devrait entourer l'aire de jeu. Sa largeur est au moins d'un mètre le long de la ligne de touche et de deux mètres derrière la ligne de sortie de but.

Il n'est pas autorisé de modifier les caractéristiques de l'aire de jeu pendant le match de sorte à avantager une seule équipe.

Le but

Le but est placé au milieu de chaque ligne de sortie de but. Les buts doivent être solidement fixés au sol ou aux murs derrière eux (s'il y en a). Ils ont une hauteur interne de 2 mètres et une largeur de 3 mètres.

Les montants du but sont reliés à une traverse. Leur arête postérieure est alignée sur le côté postérieur de la ligne de but. Les montants et la traverse doivent présenter une section carrée de 8 cm. Ils doivent être peints sur les trois faces visibles du côté de l'aire de jeu en deux couleurs contrastantes (généralement rouge et blanc), se détachant nettement de l'arrière-plan.

Le but doit être muni à l'arrière d'un filet suspendu de telle sorte que le ballon qui entre dans le but ne puisse rebondir ou ressortir immédiatement.

Les lignes

La ligne de but est tracée entre les poteaux d'un but ; elle fait 3 mètres de long. La ligne extérieure (ligne arrière ou ligne de sortie de but) prolonge la ligne de but au fond du terrain, de façon à ce que le but se situe au milieu de la ligne ; les deux lignes extérieures délimitent le terrain en longueur (40 mètres). Les lignes latérales (lignes de touche) délimitent la largeur du terrain (20 mètres). La ligne médiane relie les milieux des lignes de touche. Ces lignes sont continues.

Devant chaque but se trouve la surface de but (appelée aussi "zone"). Elle est délimitée par la ligne de surface de but (ligne des six mètres), tracée de la façon suivante : une ligne de 3 mètres de long, parallèle à la ligne de but et éloignée de 6 mètres du but6, et deux quarts de cercle de 6 mètres de rayon7 chacun qui relient la ligne de 3 mètres de long à la ligne extérieure. La ligne est continue.

La ligne de limitation du gardien de but (ligne des quatre mètres) est une ligne de 15 cm de long tracée parallèlement devant le but, à une distance de 4 mètres8. Le gardien peut avancer jusqu'à cette ligne pour se défendre d'un jet de 7 mètres (équivalent du "pénalty" au football), tiré pour l'occasion depuis la ligne de tir (ligne des sept mètres) : une ligne de 1 mètre de long parallèle à la ligne de but, placée à 7 mètres du but9.

La ligne de jet franc (ligne des neuf mètres) est une ligne discontinue, tracée à 3 mètres de la ligne de surface de but, et donc à 9 mètres du but. Les traits de la ligne de jet franc, ainsi que les intervalles, mesurent 15 cm.

La ligne de changement (une partie de la ligne de touche) de chaque équipe s'étend de la ligne médiane à une distance de 3,5 mètres de celle-ci. L'extrémité de cette ligne de changement est marquée par une ligne parallèle à la ligne médiane. Cette ligne se prolonge de 15 cm sur l'aire de jeu et de 15 cm hors de l'aire de jeu (donc seuls ces 30 cm de part et d'autre de la ligne sont visibles).

Toutes les lignes tracées sur l'aire de jeu font partie intégrante de la surface qu'elles délimitent. Les lignes de but doivent présenter une largeur de 8 cm entre les montants du but, alors que toutes les autres lignes ont une largeur de 5 cm.

Les lignes séparant deux zones adjacentes peuvent être remplacées par une différence de couleur entre les zones adjacentes du sol.

Le ballon

Article détaillé : Ballon de handball.
Un ballon de handball.

Le jeu se pratique avec un ballon rond de 58 à 60 cm de circonférence et d'un poids compris entre 425 et 475 grammes pour les hommes (taille 3) et de 53 à 56 cm de circonférence pour un poids de 325 à 400 grammes pour les femmes (taille 2). La pression intérieure du ballon est de 0.4 atm10. Chez les catégories jeunes, les tailles des ballons varient de la taille 00 pour les plus jeunes à la taille maximum pour les catégories « -18 ans » garçons ou filles. Les filles jouent au maximum avec des taille 2 (+ de 14 ans).

But du jeu

Le face à face entre le tireur et le gardien

L'équipe gagnante est celle qui comptabilise le plus de buts à la fin du temps réglementaire (60 minutes).

Chaque but s'obtient en faisant pénétrer le ballon dans la cage du but adverse (entre les poteaux et derrière la ligne de but), avec les contraintes principales suivantes :

  • si un joueur de champ touche physiquement (par exemple du pied) le terrain à moins de 6 mètres des buts (zones appelées « surfaces de but » et matérialisées au sol par une ligne limitrophe et éventuellement une couleur différente), il n'a pas le droit d'être en contact avec le ballon,
  • chaque but est protégé par un gardien dans cette surface de but,
  • le ballon est manipulé par les joueurs à la main ; les déplacements « ballon en main » sont limités à trois pas, sauf en cas de dribble.

L'attaquant a donc le droit de sauter au-dessus de la surface de but et effectuer son tir avant de retoucher le sol, afin d'être plus près du but.

Les matchs sont généralement dirigés par deux arbitres (à partir du niveau régional) aidés par un chronométreur et un secrétaire. Ces derniers forment la « table de marque ».

Manipulation du ballon

Au handball, les joueurs de champ ne peuvent jouer le ballon (dont la taille varie selon les différentes catégories d'âges et de sexes) qu'avec les mains (en réalité, ils peuvent très bien user de la tête, des fesses, du coude, de la cuisse...). Est considéré comme faute tout ballon touchant une partie du corps inférieure aux genoux (mais de nouveaux règlements tendent à ne compter pour faute qu'un contact volontaire de cette dernière partie). Seul le gardien a la possibilité de détourner le ballon du pied (sauf à l'extérieur de sa zone, où il est considéré comme un joueur de champ), mais certainement pas de jouer le ballon au pied. Il est interdit à un de ses équipiers de passer la balle au gardien lorsque le ballon a touché le mur, sous peine de jet franc (voire penaltys) pour l'adversaire.

Les joueurs peuvent dribbler avec le ballon, et faire au maximum trois pas, ballon en main. La saisie du ballon par les deux mains à la fois stoppe le dribble (et du coup, impose un tir ou une passe). Également si le ballon passe au-dessus de la main dont se servait le joueur pour dribbler. Cela est considéré comme une "reprise de dribble" et la balle est rendue à l'adversaire.

Quand une équipe fait tourner la balle sans aucune intention d'attaque, les deux arbitres lèvent le bras pour demander aux joueurs concernés d'attaquer. Si ce n'est pas respecté dans un délai de 10 secondes, et que l'équipe ne prend donc pas compte de l’avertissement des arbitres, la balle est rendue à l'adversaire. Cela s'appelle le jeu passif.

Sorties de terrain

  • Par une ligne latérale : l'équipe qui a touché le ballon en dernier concède une touche à l'équipe adverse. La remise en jeu s'effectue par un lancer de ballon depuis l'extérieur du terrain, à l'emplacement de la sortie de ballon, par un joueur de cette équipe adverse devant mettre un pied sur la ligne de touche.
  • Par une ligne arrière : le ballon revient au gardien si c'est un joueur adverse ou le gardien lui-même qui le met derrière la ligne. Si c'est un défenseur qui touche en dernier le ballon, et que le ballon va derrière sa propre ligne de but (en la contrant par exemple), c'est l'équipe adverse qui le récupère par le biais d'un jet de coin (équivalent du corner au football), sauf si le gardien retouche cette balle en restant dans la zone des 6 mètres.

Positions défensives

La position des joueurs sur le terrain près du but dépend des tactiques mises en place. La plus classique est la position dite en « 5-1 » (ou 1-5); elle consiste à défendre sur la zone pour les 5 afin de contrer les tirs de loin ou de parer les 1 contre 1, et à prendre un adversaire jugé dangereux en strict ou à contrer les passes pour le défenseur en avant. La position dite en « 6-0 » (ou 0-6) est tout aussi courante. D'autres existent, plus rares ; on peut citer la position dite en « 4-2 » (ou 2-4), en 3-3 ou 1-2-3 (3-2-1).

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Échelle des sanctions

L'arbitre brandit un carton jaune.
Exclusion d'Igor Vori pour deux minutes.
L'arbitre brandit un carton rouge.

Yellow card.svg Avertissement

  • Attribution : 1 par joueur et entraîneur avec non pas une réelle limite de 3 cartons jaunes pour chaque équipe mais une logique de passer aux 2 minutes de part l'arbitre.
  • Action en cause : Mise en garde des équipes sur des actions de jeu jugées limites.

Exclusion

  • Attribution : 3 par joueur au maximum et 1 par entraîneur
  • Actions en cause : Actes antisportifs
    Action présentant un risque pour l'intégrité physique d'un joueur adverse
    Entrée irrégulière sur le terrain
    Contestation
    Simulations

Red card.svg Disqualification

  • Attribution : 1 par joueur et entraîneur
  • Actions en cause :Voie de fait
    Acte antisportif grossier
    Actes antisportifs répétés
    Action particulièrement dangereuse pour l'intégrité physique d'un joueur adverse
    Action irrégulière en fin de rencontre en vue de préserver le score
    Forte contestation
    Succession de 3 exclusions données à un même joueur

Le temps mort d'équipe

Chaque équipe peut bénéficier de trois temps mort par partie, ce qui fait un ou deux temps mort par mi-temps, d'une durée de 1 minute. L'obtention de cette coupure de jeu nécessite d'être en possession de la balle et de déposer son carton vert à la table de marque. La table arrête le chronomètre et désigne aux arbitres l'équipe qui vient de déposer le temps mort.

L'arbitrage

Article détaillé : Arbitre de handball.
Nordine Lazaar et Laurent Reveret, arbitres internationaux français.

Au handball, les rencontres sont dirigées par un binôme de deux arbitres,ou par un arbitre en -11 ou -13 ans assistés par deux officiels chargés de tenir la table de marque (secrétaire et chronométreur) et, dans les compétitions nationales et internationales, par un délégué de l'instance organisatrice.

Les arbitres sont placés de manière à embrasser le jeu de manière globale mais sans en être trop éloignés afin de voir toutes les actions de jeu, régulières et irrégulières, qui sont faites par les joueurs. Chaque arbitre est tour à tour arbitre dit de champ et de zone et échangent régulièrement leur place au cours de la rencontre afin que l'arbitrage ainsi rendu soit le plus équitable possible.

En France, c'est la Commission centrale d'arbitrage, commission de la FFHB, qui est chargée de la formation, du suivi, des désignations et du développement du corps arbitral. Cette commission est relayée au niveau des ligues par des Commissions régionales d'arbitrage puis, au niveau des comités départementaux, par des commissions départementales d'arbitrage.

Compétitions

Principales compétitions internationales

Mis à part la tentative isolée en 1936, le handball moderne fait son entrée au programme olympique en 1972, à l'occasion des Jeux de Munich. La Yougoslavie s'impose chez les hommes tandis que l'URSS remporte l'or chez les femmes. Ces deux nations dominent dès lors les palmarès internationaux. Avant cette date, les championnats du monde constituaient le seul rendez-vous planétaire, voyant s'imposer à l'époque des nations comme l'Allemagne, la Tchécoslovaquie, la Suède et la Roumanie. Avec la professionnalisation de certains championnats nationaux en Europe occidentale et l'éclatement de l'URSS et de la Yougoslavie, la France (double championne olympique en 2008 et 2012, quadruple championne du monde en 1995, 2001, 2009, 2011 et double championne d'Europe en 2006 et 2010) ou plus récemment l'Espagne (championne du monde en 2005) ont également pu décrocher quelques titres majeurs. Lors des championnats du monde masculins de 2007, l'Allemagne, qui jouait sur ses terres, a été sacrée championne du monde face à la Pologne grâce à une victoire 29 à 24.

Le handball international est dominé par les pays européens, chez les hommes comme chez les femmes. Seule exception notable, la Corée du Sud, dont l'équipe féminine fut double championne olympique en 1988 et 1992 et trois autres fois finaliste, et championne du monde en 1995. La Tunisie, l'Égypte et l’Algérie chez les hommes, et l'Angola chez les femmes font partie des nations non-européennes qui se qualifient régulièrement pour les phases finales des grands tournois internationaux.

 

Palmarès des grandes compétitions mondiales en handball

Au niveau des clubs, l'épreuve reine est la Ligue des champions, anciennement Coupe d'Europe des clubs champions, qui met aux prises les meilleurs clubs européens depuis 1956 pour les hommes et 1960 pour les femmes. Les autres continents se sont dotés de compétitions similaires, à l'image de la Ligue des champions africains qui fut créée en 1979.

 

                                                                             RETOUR EN HAUT

                                                                        

Quelle est la première raison de votre visite sur le site web du VAHB ?

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Fin du vote le 31 décembre 2017 00:00

REJOIGNEZ-NOUS !

 

Pensez à votre licence 2017-2018

191 Licenciés le 20 nov 2017

nov.
13:45
Galavaude et extérieur
nov.
déc.
14:30
Galavaude et extérieur
déc.
14:30
Galavaude et extérieur